le cahier de texte des 5ème A collège Camus

15 septembre, 2023

Bonjour mes chers élèves, je vous transmets les documents en pdf de notre première leçon d’histoire. Bonne réception

1ère leçon d’histoire:

fichier pdf cours A pour les 5 A fichier pdf cours B et C 5 fichier pdf faire les 3 questions p 19 avec documents

pour réviser:

Image de prévisualisation YouTube

pour aller plus loin :

Byzance et l’Europe carolingienne | Lumni.

 

le cahier de texte des 4ème C du collège Camus

15 septembre, 2023

Arrivée du Chocolat en France : D’abord une boisson royale – Plume d’histoire (plume-dhistoire.fr) l’arrivée du chocolat en France dans les détails

Image de prévisualisation YouTube à regarder . La Rochelle, port négrier

 

L’esclavage, comprendre son histoire | Lumni. Un dossier important pour comprendre en profondeur l’esclavage

 

Bonjour mes chers élèves, c’est M Regnouf de Vains. Afin de pallier le problème de téléchargements sur Pronote je vous transmets les pdf de notre leçon fichier pdf correction questions p 19 fichier pdf cours A à finir de recopier fichier pdf cours B traite 4 C . On vous souhaitant une bonne réception. Bon week-end.

 

La Restauration en France (1814-1830)

21 février, 2023

L’inévitable héritage de la Révolution, du Consulat et de l’Empire.

Après les guerres révolutionnaires, les guerres dans toute l’Europe sous la Ière République et sous l’Empire, la France va entamer en 1814 une période relative de paix et de stabilité politique. La France de la Restauration n’est pas une période de retour en arrière vers le XVIIIème, les travaux les plus récents des Historiens mettent au contraire en lumière l’apprentissage d’une vraie culture politique après la période autoritaire de Napoléon.

Le retour de la famille des Capétiens-Bourbon au pouvoir et en particulier des 2 frères de Louis XVI ne fut pas facile. Napoléon tente en 1815 de revenir au pouvoir lors de l’épisode des Cent-Jours(mars-juin 1815). Louis XVIII fut contraint d’abdiquer une première fois quelques mois après son avènement ! Le comte de Provence et d’Artois reviennent dans une France transformée par 25 ans d’expériences révolutionnaires qui ont profondément bouleversé la société.

Une nation « renforcée » malgré tout

Les Vainqueurs de Waterloo impose à la France les frontières d’avant 1792. La France perd ainsi plus de 300 000 habitants avec la Savoie (élément central du royaume de Piémont-Sardaigne) et la Sarre (la rive gauche du Rhin ) qui entre dans la Confédération germanique. Les Français conservent tout de même les anciens territoires du Pape avec Avignon et le Comtat Venaissin ainsi que Montbéliard et Mulhouse : la Belgique est définitivement perdue alors qu’elle était rentrée dan l’orbite de la France sous la Ière République (elle intègre le grand royaume du Pays-Bas). Les Bourbons de France ne peuvent lutter contre la prise de conscience nationale élaborée depuis 1789 et l’attachement des Français aux valeurs de liberté et des droits de l’homme. La nation est « une et indivisible « , l’Etat à l’époque du Consulat,  a renforcé la centralisation, tradition reprise de l’ancien régime comme le remarque avec perspicacité Alexis de Tocqueville dans son livre l’Ancien Régime et la Révolution. Les Capétiens « restaurés » peuvent ainsi s’appuyer sur la puissante ossature des préfets et des sous-préfets dans les 83 départements de France. L’uniformisation du territoire doit beaucoup au Code civil (1804), au Code du commerce (1808) et à la normalisation des poids et des mesures. Les élites du pays  ont été « régénérées » par les Grandes Ecoles  comme celle de Polytechnique (1795), l’Ecole des mines avec le relais de l’Université (1808) qui chapote le réseau des Lycées. La question religieuse,  facteur de guerre civile au début de la Révolution a été en partie résolue par le Concordat de 1801 qui ne remet pas en question les biens nationaux acquis par les Français. Les mesures libérales ont permis le développement de l’économie française qui rente malgré tout avec retard dans la Révolution industrielle initiée par les Britanniques dès le milieu du XVIIIème siècle.

La France reste un pays « puissant » en Europe

Les conflits entre 1792 et 1815 ont éliminé 1,4 millions de Français. Pourtant la France reste la deuxième « puissance démographique du continent » avec en 1815 29,4 millions de personnes. Elle est moins peuplée que la Russie avec ses 47 millions de personnes, mais elle est plus importante que l’ensemble des territoires allemands (25 millions) ou que celle de l’Empire autrichien (24 millions). La Grande-Bretagne ne compte que 14,5 millions au début du XIXème siècle. L’économie et la démographie dynamique restent des atouts majeurs après plus de 20 ans de guerres !

L’importance de la charte « constitutionnelle » de 1814.

Le 31 mars 1814, c’est la fin de la campagne de France, les Autrichiens, les Prussiens et les Russes entrent dans Paris. Le 2 avril, Napoléon est contraint d’abdiquer. Le traité de Fontainebleau est relativement clément pour l’Aigle qui devient le souverain de la petite île d’Elbe au large de l’Italie. Le traité de Paris du 30 mai 1814 a été négocié  par  le ministre Talleyrand afin de préserver au mieux les conquêtes françaises. Grâce à la volonté du tsar de Russie,  Alexandre 1er,le comte de Provence revient de son exil londonien. Le 6 avril 1814, Louis XVIII devient roi des Français. Rapidement, le nouveau souverain comprend les transformations profondes du pays. Lors de sa déclaration de Saint-Ouen,  il rassure les Français en voulant maintenir les libertés individuelles et assurer un régime représentatif. Le 4 mai, il « octroie » une charte. Le verbe employée indique que c’est une faveur, une grâce que fait le nouveau roi à son peuple sans qu’il y ait une action collective de parlementaires.

Ce texte est composé de 79 articles : les principes de la DDHC sont maintenus (liberté dont la liberté religieuse, égalité devant la loi, la propriété). Le roi est le maître du pouvoir exécutif  et dirige les ministres et son administration  mais il partage le pouvoir législatif avec 2 chambres. La Chambre des Pairs dont il nomme les membres et la Chambre des députés élue au suffrage censitaire. Les conditions de vote sont donc réduites par rapport au régime précédent (le suffrage universel masculin était la règle depuis le Consulat). Pour être électeur,  il faut au moins avoir 30 ans et payer 300 francs de contribution directe par an. Les conditions pour être élu sont plus restreintes : il faut avoir 40 ans et avoir au moins 1000 francs de contribution directe. Sur une population totale de 29 millions d’habitants, il n’y a donc que 110 000 électeurs et 10 000 éligibles. La Charte ne crée en tous cas pas un régime parlementaire, le gouvernement, les ministres de Louis XVIII ne peuvent pas être renversés par un vote des parlementaires. Par contre, le Roi peut dissoudre la chambre des députés.

Un régime difficile à installer.

L’ épisode des Cent Jours (le Retour de l’Aigle) entre mars et juin 1815 a bien sûr perturbé le nouveau régime. Louis XVIII doit repartir fin mars en exil avec l’arrivée de Napoléon. Il s’enfuit à Gand en Belgique. La défaite de Waterloo le 18 juin 1815 brise les rêves de l’Empereur  qui se rend aux Anglais un mois plus tard. Il est envoyé en captivité dans une île perdue de l’Atlantique Sud, Sainte-Hélène, il y meurt en 1821.

Entretemps Louis XVIII revient à Paris au début juillet 1815. Les vainqueurs de Waterloo imposent une occupation militaire jusqu’en 1818(plus d’un million de soldats étrangers dans tout le pays) et forcent la France à payer d’importantes dettes de guerre (plus de 700 millions de francs). L’occupation est dure, il y a des réquisitions, des vols, des destructions, de violences contre les civils. Le pays est humilié. Les royalistes français désirent également prendre leur revanche face aux Révolutionnaires. La Terreur blanche s’abat surtout dans le Sud de la France, les « ultras » voulant le retour de l’ancien régime, éliminent les Français qui avaient soutenu le retour de l’Aigle ainsi que des Protestants « acceptés » par la Révolution mais qui sont massacrés -surtout dans le département du Gard. A Toulouse, Marseille, Avignon,  on tue au nom du roi mais également au nom du Comte d’Artois beaucoup plus radical que son frère Louis XVIII. C’est dans ce climat de guerre civile qu’ont lieu les élections législatives de la Chambre des Députés d’août 1815. La victoire est acquise aux Ultras les partisans du comte d’Artois (ils remportent 350 sièges sur les 389) : c’est la fameuse Chambre introuvable. Cette vague « ultra » se structure autour de Villèle et Bonald mais aussi auprès d’organisations secrètes très influente comme les Chevaliers de la Foi très proches du Pape -de nombreux ministres et députés en font partie. Si Louis XVIII nomme finalement comme principal ministre  un modéré (le duc de Richelieu), les ultras peuvent se satisfaire de mesures très répressives qui ont constitué la « Terreur légale de la Restauration ». Le quart des effectifs des fonctionnaires perdent leur poste en raison de leur affiliation avec l’Empire ou les idées révolutionnaires.  Cette épuration s’accompagne des condamnations surtout dans l’armée où l’on veut éliminer les Bonapartistes : plusieurs maréchaux d’Empire sont exécutés pour trahison comme le maréchal Ney éliminé le 7 décembre 1815. Le cœur du courant Ultra reste bien sûr la Chambre des Pairs.

La tentative de l’Eglise catholique de réinstaller son pouvoir et son influence au sein de la société française.

Les Ultras soutiennent les efforts de l’Eglise catholique dans la « reconquête spirituelle du pays ». La Révolution est considérée comme une malédiction, les Français doivent faire pénitence après avoir renversé l’ordre ancien à partir de 1789. L’occupation militaire par des puissances étrangères est vu comme un châtiment mérité pour un peuple régicide. Depuis le début de la Révolution, l’Eglise catholique de France a perdu la moitié de ses effectifs, la pratique religieuse s’est effondré surtout dans le bassin parisien. Plusieurs lois cléricales entendent restaurer l’influence religieuse sur la société : en 1814, il est interdit de travailler le dimanche, le divorce est à nouveau interdit (on ne brise pas un sacrement religieux qui existe depuis 1215 -concile du Latran!), en 1816, les congrégations religieuses contrôlent l’enseignement primaire en France. En janvier 1815 a lieu une cérémonie d’expiation spectaculaire avec le retour des « cendres » de Louis XVI et de Marie-Antoinette dans le sanctuaire royal de Saint-Denis. Le 21 janvier jour de l’exécution de Louis XVI (en 1793) est déclarée journée de deuil généralisé.

Cependant les excès et les violences du parti ultra pousse Louis XVIII à dissoudre la Chambre des Députés pendant l’été 1816. La nouvelle majorité voit s’affirmer des libéraux comme Benjamin Constant, ils ne sont qu’une vingtaine mais leur influence est indéniable. Ils réclament une application stricte de la charte. Dans la société française, ils sont appuyés par cette nouvelle bourgeoise qui s’illustre dans la finance, la banque, le commerce et l’industrie. La majorité des députés se regroupe autour du Duc de Richelieu et du duc Decazes  qui sont hostiles à la Révolution autant qu’à la Contre-Révolution des Ultras tout en favorisant un renouvellement des élites en intégrant les classes de la nouvelle bourgeoisie française (ouverture des carrières militaires pour la bourgeoisie, simplification du vote qui favorise les élites urbaines bourgeoises). Rapidement Decazes devient le ministre de ce gouvernement « libéral ». En mars 1819 les lois de Serre supprime la censure pour les journaux, Decazes veut également accompagner le développement économique ; la France commence sa révolution industrielle.  Il crée ainsi dans le bassin houiller de l’Aveyron Decazeville employant des centaines de mineurs et de sidérurgistes.

Cette période « libérale » va prendre brutalement fin avec l’assassinat de l’héritier des Bourbons, le duc de Berry, fils de Louis XVIII par l’ouvrier bonapartiste Louvel le 13 février 1820. Ce dernier ne sait pourtant pas que le duc de Berry va avoir un fils posthume. Louvel est guillotiné la même année mais il a raté son but celui l’éteindre la dynastie des Bourbons. Le petit Duc de Bordeaux naît en 1820 et deviendra le futur prétendant au trône de France Henri V.

1820 1827 : la Restauration bascule dans l’ULTRACISME.

Les Royalistes ultras vont accuser de faiblesse et de laxisme et d’incompétence le gouvernement modéré de Decazes. La haute noblesse française fut choqué par la lente agonie du duc de Berry. Decazes est remplacé par l’intransigeant duc de Richelieu qui supprime la liberté de la presse. Selon les Ultras c’est cette presse libérale qui a permis cet acte de terrorisme envers un membre de la famille royale. Les étudiants  les ouvriers dans les grandes villes françaises manifestent contre le pouvoir. Un nouveau système électoral en 1820 favorise les personnalités très riches plus enclines à suivre ce gouvernement ultra, les libéraux et les modérés sont les grands perdants des élections de novembre 1820. En 1821 le nouvel homme fort du gouvernement est Villèle qui va rester au pouvoir jusqu’en 1827, il continue de réprimer la presse et chasse de l’Université les professeurs qui émettent les moindres critiques envers le pouvoir : François Guizot et Victor Cousin perdent ainsi leurs postes de professeurs d’université.

L’intervention en Espagne (1823) :le retour de la France sur la scène internationale.

Sous le gouvernement Villèle, Chateaubriand est devenu Ministre des Affaires étrangères. C’est lui qui soutient avec l’accord des grandes puissances du Congrès de Vienne une intervention en Espagne afin de rétablir sur le trône Ferdinand VII. Les officiers libéraux soutenus par une partie de l’armée qui refuse de partir se battre en Amérique latine agité par des insurrections indépendantistes, se sont soulevés contre Ferdinand VII pour appliquer la Constitution libérale dite de Cadix (datant de 1812). C’est le duc d’Angoulême avec plus de 100 000 hommes qui traversant toute l’Espagne, fait le siège du fort du Trocadéro à Cadix où se ont retirés les libéraux espagnols. Cette intervention militaire est suivie d’une brutale répression par le monarque espagnol. Cependant elle permet à la France de retrouver son prestige tout en ayant la confiance des souverains réactionnaires de Vienne.

Villèle prend le contrôle de la Chambre des députés et installe un régime autoritaire

Fort du succès de cette intervention militaire, les élections de décembre 1823 sont un triomphe pour les Ultras, leur législature est poussée jusqu’à 7 ans. Villèle traque ne France tous les membres de la Charbonnerie (libérale et/ou bonapartiste ) inspiré des Carbonari du Sud de l’Italie qui tentent de soulever plusieurs casernes dans toute la France. Les chefs sont souvent exécutés mais le plus souvent ce sont les sous-officiers qui sont éliminés pour l’exemple  comme les 4 sergents de la Rochelle exécutés à Paris le 21 septembre 1822. Les quatre sergents, Bories, Pomier, Goubin et Raoulx antiroyalistes ayant fomenté une insurrection militaire ne livreront jamais le nom de leur chef aux autorités qui était le prestigieux La Fayette !

L’avènement de Charles X ne fait que renforcer ce gouvernement réactionnaire.

Le 16 septembre 1824, Louis XVIII meurt. Il était le  dernier rempart contre la politique radicale des ultras. Charles X restaure la cérémonie du Sacre à Reims (lieu où  a été sacré le premier roi des Francs Clovis) afin de réaffirmer sa filiation avec la branche es Capétiens sur le trône de France depuis 987 ! le roi est un personnage sacré, lieutenant de Dieu sur la terre :  lui porter atteinte est un crime de lèse-majesté. Ce sacre est le symbole d’une union retrouvée entre le Trône et l’Eglise de France. Il recherche l’appui ferme de l’aristocratie française en faisant voter la loi d’indemnisation des émigrés qui avait été chassé de leurs terres au moment de la Révolution. C’est la loi dite du « Milliard des Emigrés » qui va bénéficier à 25000 « privilégiés » de la haute noblesse, loi en totale contradiction avec l’abolition des privilèges du 4 août 1789 ! Son autre appui est le haut clergé de France dont le représentant le plus éminent est Mgr (Monseigneur) Freyssinous, un catholique qui renforce le cléricalisme du régime : il est à la fois Ministre des Affaires ecclésiastiques et Ministre de l’Instruction publique. La loi du sacrilège est votée en 1825 punissant de mort tout individu ayant volé ou dégradé un objet de culte dans les églises. L’ordre des Jésuites placé sous la direction étroite du pape revient en force et s’occupe particulièrement des collèges. La religion catholique exerce une influence majeure au sein de l’instruction publique française : la tolérance religieuse et la liberté de culte sont à nouveau menacées.

L’intervention « habile » de la France dans la guerre d’indépendance grecque.

Villèle renforce le rôle de la France en Europe par une seconde opération militaire internationale d’envergure pour délivrer les Grecs du joug ottoman. Le Ministre veut exploiter le vaste courant de sympathie en Europe pour cette population des Balkans (le philhellénisme) En 1827, le traité de Londres est signé entre le Royaume-Uni la France et la Russie. La bataille navale de Navarin permet d’imposer les vues des Européens à la Sublime Porte qui doit accepter l’indépendance de la Grèce en 1830. Les vues sur la Méditerranée, l’affaiblissement de l’Empire ottoman vont déterminer la France à se lancer dans l’aventure coloniale avec la prise d’Alger en 1830.

Le Romantisme arrive en France

Un nouveau courant littéraire et artistique arrive tardivement en France à partir de la Restauration : c’est le Romantisme. Venu d’Angleterre et des territoires allemands, le Romantisme est en réaction avec l’esthétique académique et néo-classique du XVIIIème siècle. L’art ne peut plus imiter éternellement les modèles de la Grèce et de la Rome antique comme le prônaient déjà les érudits humanistes de la Renaissance. L’art ainsi que la littérature (roman, pièce de théâtre) doivent se libérer des normes (unité de temps, de lieu et d’action) contraignantes frein à la créativité authentique. Le conformisme des élites « bourgeoises », le « bon goût » est également rejeté. Face à la Raison défendue par les philosophes des Lumières, les Romantiques exaltent la sensibilité, l’intuition, le gôut pour la nature où l’évasion par les voyages (l’intérêt pour l’orientalisme et l’exotisme va commencer), pour la rêverie et les songes. Artistes et écrivains revendiquent également leur malaise face à un monde en perte de sens et de valeur, le thème du « mal du siècle » -l’expression est d’Alfred de Musset (du spleen) est récurrent chez de nombreux auteurs. Le premier romantisme français semble au diapason de la Restauration : Chateaubriand publie le génie du christianisme en 1802 liant retour à la religion et rejet des lumières. Mais c’est oublié que de nombreuses personnalités  sont attirées par le surnaturel et le fantastique voire le satanisme (vous n’avez qu’à lire la Peau de Chagrin d’Honoré de Balzac). Le gout pour l’ailleurs pousse Mme de Staël  à creuser les liens entre l’histoire et le romantisme et à chercher l’essence des cultures européennes support des futures nations : dans de l’Allemagne, elle rapproche le christianisme et l’idéal chevaleresque. Les Romantiques ont joué un rôle important pour la redécouverte de l’histoire médiévale comme l’avaient fait les érudits de la Renaissance avec la culture gréco-romaine.

Si vous  vous intéressez à ce mouvement romantique il faut lire  entre autres les oeuvres majeures de Chateaubriand et ses Mémoires d’outre-tombe, chronique majeure de la Restauration, du « premier » Victor Hugo  qui publie Notre Dame de Paris de 1831, impressionnante reconstitution historique du Paris du XVème siècle à la fin du Moyen Age ainsi que les Confessions d’ne Enfant du siècle d’Alfred de Musset (1836). En peinture, vous devez connaître les œuvres phares de Géricault et son Radeau de la Méduse (1829) ainsi que celles d’Eugène Delacroix avec ses Scènes de massacres de Chios (1824) et la mort de Sardanapale (1827). Dans le domaine musical je me limite (mais j’ai bien tort ! ) au poème symphonique d’Hector Berlioz la Symphonie fantastique (1830). Certaines œuvres doivent leur célébrité au parfum de scandale qui les suit comme lors de la première représentation d’Hernani de Victor Hugo en 1830 qui réunit tout le cénacle de la « nouvelle génération romantique  face aux « philistins et défenseur de l’art ancien » et revendique toutes les libertés individuelles volées par Charles X . Combat qu’il culmine dans cette célébration de la Révolution de 1830 avec la Liberté guidant le peuple de 1831 peinte par Eugène Delacroix. Au cours des années 1820 le romantisme prend une tournure de plus en plus politique  en défendant les idées libérales contre l’immobilisme  de la Restauration (la mort de Byron en 1824 en Grèce y  a certainement joué un rôle).Certains romantiques se font donc les chantres du « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » (lire dans les Orientales de Victor Hugo le poème de l’Enfant) Sous la Monarchie de Juillet, certains artistes s’orienteront vers la défense des « faibles et des opprimés » : une thématique sociale qui marquera Victor Hugo mais bien plus tard avec la publication des Misérables dans la deuxième moitié du siècle !

La fin du régime des Bourbons en France.

Jusqu’en 1827, Charles X semble conforter son pouvoir sur les Français. En fait, les monarchistes sont divisés sur de nombreuses questions : le poids de l’Eglise dérange, faut-il une monarchie centralisatrice ou au contraire limitée pour laisser s’épanouir les provinces « médiévales ? Quelle France veut cette droite monarchiste ? Personne ne le sait, ce manque de vision va finir par être fatal aux Bourbons Face à ses divisions internes, une nouvelle génération de libéraux pense que l’avenir social de la France passe par le triomphe de la classe moyenne, le déclin de l’aristocratie « rentière » inutile est inéluctable : la France « utile » celle du travail, de l’épargne, du commerce doit triompher. Cette vue dynamique de l’histoire de France est défendue par le Protestant François Guizot. Pour lui,  le pouvoir politique doit être dans les mains de la bourgeoisie, force vive du pays. Adolphe Thiers publie une Histoire de la Révolution française qu’il présente comme une étape nécessaire dans l’évolution  vers le libéralisme. Ces publicistes défenseur des idées libérales sont soutenus par des grands noms du secteur bancaire (les Lafitte ou les Casimir Périer). En avril 1826, les libéraux sont vent debout devant le projet de loi Ultra qui consiste  à restaurer le droit d’aînesse. C’est un échec tout  comme le projet de loi qui durcit la création d’un journal en France. La droite monarchiste montre ses divisions au grand jour, face à l’intransigeant Villèle, Chateaubriand défend désormais une certaine libéralisation du régime afin de conserver le lien entre les Français et le Roi. La liberté de la presse étant grandement entravée, les réunions publiques étant interdites (le regroupement de plus de 20 personnes est interdit dans les rues des villes de France), les funérailles de figures du libéralisme et de la République sont l’occasion de manifester son opposition. En 1825 les funérailles du général bonapartiste Foy  regroupent plus de 100 000 personnes : une culture libérale voir républicaine perdure donc dans l’espace public en plus de banquets ou des cabarets (chansons politiques  de Béranger comme le « Vieux drapeau », le drapeau Bleu, blanc, rouge interdit par les Bourbons que vous pouvez écouter sur Youtube). En 1827, le nom du roi est conspué lors d’une revue militaire à Paris. Charles X décide de dissoudre la Garde nationale constitué en majorité de petits bourgeois parisiens souvent adeptes des idées libérales. Il renforce à la Chambre des Pairs des appuis directs du Roi en dehors de toute pratique élective. En novembre 1827 Charles X dissout la Chambre des députés afin de doubler la poussée libérale des Libéraux. Ce sont pourtant les derniers qui font une percée remarquable. Villèle est ainsi poussé à la démission. En nommant le vicomte de Martignac, Charles X décide d’assouplir le régime  qui limite l’influence du clergé catholique sur l’enseignement, la création d’un nouveau journal ne doit plus se plier à l’autorisation préalable du gouvernement. Les professeurs libéraux et célèbres comme Victor Cousin ou François Guizot peuvent reprendre leurs cours. Ce climat est de courte durée lorsque Martignac est remplacé en août 1829 par un noble issu de l’émigration  et farouche opposant à la Révolution  le prince Jules de Polignac, le gouvernement de cet homme s’appuie même sur les figures de la Terreur blanche au grand dam des anciens Révolutionnaires. Pour les libéraux, la cour de Charles X se coupe du pays « réel ». Charles X ne cesse de voir la sédition partout dans le pays alors que les députés rédige une Adresse au roi afin qu’il respecte l’esprit de la charte  avec  un fonctionnement législatif permanent et d’éviter les mesures personnelles et arbitraires  du gouvernement (l’Adresse des 221). La diversion de la prise d’Alger le 25 mai 1830 ne suffit pas à faire taire les oppositions  lors d’une nouvelle dissolution de la Chambre des députés décidée par le Roi: l’opposition libérale devient majoritaire avec 274 sièges, les partisans de la monarchie  ne sont  plus que 145. Le 25 juillet, le Roi tente le coup de force en promulguant 4 ordonnances … comme il en a le droit selon l’article 14 de la Charte. La première met fin à la liberté de la presse, la deuxième provoque une nouvelle dissolution, la troisième réduit le cens électoral aux plus riches, la 4ème fixe la date des nouvelles élections en septembre 1830. Pour l’opposition c’est un véritable coup d’Etat. Nous sommes le 25 juillet 1830, le 27,  à Paris commence une nouvelle insurrection à Paris : c’est la Révolution de Juillet qui fera l’objet d’un nouvel article !!!

 

La crise des missiles de Cuba (octobre 1962): évènement majeur de la Guerre froide.

17 février, 2023

 

La guerre froide culmine pendant la période paradoxale de la coexistence pacifique.

La coexistence pacifique s’étend de 1953 à 1962 et elle est généralement comprise comme une période de relative normalisation des relations entre les 2 blocs rivaux. La mort de Staline en 1953 va permettre l’arrivée au pouvoir de Nikita Khrouchtchev  qui finit par dénoncer les excès du régime stalinien lors du XXème Congrès du Parti Communiste de l’Union soviétique en 1956. Il entend toutefois faire triompher le communisme par les moyens économiques et culturels et plus seulement par la voie des armes- même si les troupes du Pacte de Varsovie écrasent l’insurrection de Budapest en Hongrie (novembre 1956). En 1957, les Soviétiques lancent la course à l’espace en envoyant le premier satellite artificiel Spoutnik à la grande stupéfaction des Etats-Unis. Entretemps en  1956, Américains et Soviétiques mettent fin à la crise de Suez en permettant le retour de Nasser au pouvoir en Egypte après l’intervention des Anglais et des Français pour récupérer le canal, en évitant ainsi une escalade qui aurait pu finir en affrontement entre les blocs.

Sur le terrain, la guerre froide rebondit. La question allemande n’a pas été réglée après la fin du blocus de Berlin -Ouest en 1949. Khrouchtchev se montre tout aussi intransigeant que Staline sur le statut de Berlin. Berlin-Ouest est en effet le point de passage des réfugiés de la RDA qui refusent de vivre dans une dictature communiste : c’est un désaveu terrible pour le bloc de l’Est. Entre 1948 et 1961 on estime que 3 millions d’Allemands de l’Est ont fui le pays en majorité des jeunes et des cadres qui manquent cruellement aux Communistes. Surtout Berlin-Ouest soutenue par les capitaux américains devient une vitrine du « miracle économique allemand » qui reste pour le dirigeant de l’URSS une « tumeur cancéreuse ». Khrouchtchev avait proposé à l’ONU de transformer Berlin en ville libre démilitarisée et lance un véritable ultimatum aux Occidentaux. Ces derniers refusant ce nouveau statut le considérant comme un acte d’abandon. Les relations restent donc tendues entre les 2 grandes puissances surtout que d’autres incidents gèlent un peu plus les tentatives de rapprochements diplomatiques. En mai 1960, un avion espion américain U2 est abattu en URSS. Eisenhower refuse de présenter des excuses réclamées par le dirigeant russe qui en profite pour prendre à témoin l’Assemblée générale de  l’ONU des provocations américaines.

La construction du mur de Berlin en 1961.

Les Communistes d’Allemagne de l’Est soutenus par l’Armée soviétique décident de construire un « Mur » séparant Berlin-ouest de Berlin-Est. C’est l’opération « Muraille de Chine ». Le mur est érigé dans la nuit du 12 au 13 août devant les yeux effarés des Berlinois de l’Ouest  et des troupes américaines, anglaises et françaises. Dans la seule journée du 12 août, 4000 personnes, malgré les dangers passent à l’Ouest. Walter Ulbricht, premier Secrétaire du Parti communiste de la RDA parle de protéger l’Allemagne de l’Est du capitaliste sauvage et de l’impérialisme américain. En fait, c’est plus qu’un mur, c’est un véritable ensemble de fortifications vers la partie de Berlin-Est avec des fossés, des mines, des miradors et un véritable no man’s land gardé en permanence par plus de 14 000 gardes Est-Allemands (ce qui n’empêche pas des tentatives de passages au péril de la vie des Allemands de l’Est : plus de 250 personnes seront abattues en tentant de franchir le « Mur de la Honte » jusqu’en 1989). Les Occidentaux n’osent intervenir militairement de peur d’une escalade incontrôlable. Il faut attendre juin 1963 pour que le Président américain JF Kennedy  prononce son discours « Ich bin ein Berliner » (Je suis  un Berlinois) et réaffirme les valeurs de liberté et la démocratie face à l’enfermement des populations communistes. C’est pourtant un échec majeur pour les Soviétiques. C’est d’abord un échec stratégique car les Russes renoncent définitivement aux objectifs de Staline et d’une récupération totale de la ville de Berlin (c’était la tentative faite pendant le blocus des années 1948-1949). Son successeur Khrouchtchev n’a pu obtenir la démilitarisation de Berlin. C’est un échec idéologique car les Soviétiques n’arrivent pas expliquer comment des millions de jeunes communistes ont déserté pour se rendre dans les pays capitalistes. Aux yeux du monde, comment expliquer les tentatives d’évasion qui se terminent par des balles tirés dans le dos des victimes le long du mur comme ce fut le cas pour Peter Fechter  mort le 17 août 1962, véritable martyr du communisme.

La crise cubaine de 1962,  dans un contexte de glaciation des relations entre les 2 Grands.

On le voit, la situation en Europe au début des années 60 ne permet pas une véritable « coexistence pacifique ». Mais comment saisir que l’une des crises les plus importantes de la guerre froide n’ait pas eu lieu sur le « Vieux Continent » mais aux portes des Etats-Unis ;les côtes cubaines n’étant qu’à 150 kilomètres de la Floride ?

Comment Cuba est devenue communiste ?

Cuba, ancienne colonie espagnole était rentrée dans l’orbite des Etats-Unis lors de la Guerre d’ « indépendance » de 1898. L’aide américaine avait permis à Washington d’obtenir l’enclave orientale de Guantanamo sur l’île ( c’est toujours une base importante où sont emprisonnés des Islamistes d’Al Qaïda). En 1948, Cuba, comme tous les pays latino-américains avaient signé le traité de l’Organisation des Etats d’Amérique (OEA) afin d’éviter la contamination des idées communistes et socialistes selon la stratégie de l’endiguement lancée par le Président Truman l’année précédente. A partir de 1952, l’île devient une dictature, tout en restant un protectorat américain. Fulgence Batista tient d’une main de fer le pays  alors qu’il entretient des liens complexes avec la CIA (les services secrets américains) mais aussi avec des grandes figures de la Mafia comme Lucky Luciano. Dans les années 40 et 50, La Havane est une véritable capitale du sexe du jeu et de l’alcool, un « véritable lupanar pour la prude Amérique ». Dès les années 50 un jeune avocat charismatique de l’Oriente ; Fidel Castro avait tenté un coup d’Etat contre ce régime corrompu. Emprisonné, il fut exilé au Mexique où il rencontre un jeune médecin argentin converti au marxisme et au communisme Ernesto Che Guevara. En 1956, ils décident de revenir clandestinement à Cuba pour mener une guérilla particulièrement active dans la Sierra Maestra (Est du pays). Ces guérilleros s’appellent les Barbudos (les barbus) et bénéficient dans leur combat pour la justice et la liberté d’un capital de sympathie mondiale. Le 1er janvier 1959, les « Barbudos » font une entrée triomphale à la Havane. Batista fuit en emportant en Espagne l’essentiel des réserves d’or de la banque centrale cubaine ! Fidel Castro devient le nouveau dirigeant du pays et décident de nationaliser l’industrie du sucre qui était dans les mains du puissant secteur agro-alimentaire américain en 1960. Il ferme par ailleurs les casinos de l’île. Washington en représailles décide d’asphyxier économiquement Cuba en imposant un embargo qui entrave les relations commerciales et maritimes avec le reste du monde. Dès 1960 sous l’égide de  « Che »Guevara, Cuba décide de se rapprocher de l’URSS. Les Soviétiques décident d’acheter la moitié de la production sucrière de l’île permettant de renflouer les caisses cruellement vides du pays. Les sanctions économiques étant inefficaces, Kennedy décide de monter une opération militaire pour renverser les « Communistes cubains », c’est le débarquement de la Baie des Cochons du 17 avril 1961 tenté sur la côte Sud. 1500 paramilitaires cubains « anticastristes », financés en partie par la mafia de Floride et entrainés secrètement par la CIA,  sont repoussés par les troupes de Castro. C’est un véritable fiasco pour les Américains, les prisonniers sont exhibés dans les médias de l’île. Cet épisode renforce le pouvoir et le prestige des Barbudos en particulier de Fidel Castro qui dénonce l’ « impérialisme américain ». Un petit pays  du Tiers Monde a réussi à repousser les tentatives d’invasion de la première puissance mondiale. Kennedy décide alors de renforcer l’embargo tout en lançant en août 1961 l’ « Alliance pour le progrès » , sorte de plan Marshall orienté vers tous les pays d’Amérique latine avec un vaste plan économique destiné à combattre la misère et la pauvreté sur le continent et d’éviter la contagion des idées socialistes et communistes. Dans le même temps, les services secrets américains tentent d’abattre Castro grâce à des agents infiltrés. Cette logique de bloc qui vise à isoler Cuba du reste du continent pousse Castro à renforcer sa coopération avec l’URSS.

La crise des missiles (22 au 27 octobre 1962) : le « monde au bord du gouffre. »

Dès septembre 1962, L’URSS annonce officiellement un renforcement de l’aide militaire apporté aux Cubains. Par bateaux, quittant les ports militaires de la Baltique, 42 000 soldats soviétiques ainsi que 33 missiles nucléaires se rendent sur l’île. Le 14 octobre, un avion espion américain U2 survole à haute altitude Cuba. Les photos sont sans ambiguïtés :des rampes de lancement de fusées soviétiques à moyennes portées (pouvant frapper des villes américaines à plus de 3000 km) sont installées dans la province de Pinar el Rio. La Maison Blanche pense un moment bombarder ces positions : cette menace si proche du sol américain est absolument inacceptable pour Kennedy qui a subi déjà le camouflet de la baie des Cochons.

L’habileté de Kennedy

La réponse américaine se veut plus habile. Kennedy révèle aux télévisions du monde entier que les Russes ont installé des missiles qui peuvent frapper les métropoles de toute la façade Ouest des Etats-Unis. Il annonce une mise en quarantaine de Cuba au moyen d’une flotte aéronavale composée de plus de 40 000 Marines prêts à arraisonner le moindre navire en provenance de l’URSS. Khrouchtchev renonce dans un premier temps à rapatrier ses propres troupes. Il surenchérit même en promettant le retrait des fusées si les Américains s’engagent à ne jamais tenter d’envahir Cuba et en demandant également le retrait des missiles Jupiter installés en Turquie (qui appartient à l’Otan). Kennedy refuse ces tractations, toutes les bases américaines et soviétiques sont en état d’alerte maximal : en cas d’arraisonnement, les Russes étaient prêts à envoyer des missiles sur le continent nord-américain. Le 27 octobre, un avion espion américain est abattu par un missile russe tiré de Cuba,  le monde retient son souffle, les dirigeants concernés par cette crise pense que la guerre est imminente : Castro adresse même un message d’adieu à son homologue russe. Et pourtant…  Khrouchtchev finit par retirer les missiles sous le contrôle de l’ONU alors que Castro lui somme de tenir contre l’ « ennemi impérialiste et yankee ». Ce repli soviétique dans la Caraïbe va coûter cher au Premier Secrétaire  de l’Union Soviétique: les partisans de la ligne dure finissent par l’écarter du pouvoir en 1964 pour le remplacer par Brejnev. La Chine communiste va largement critiquer la faiblesse de l’URSS face aux « impérialistes » précipitant la rupture des relations sino-soviétiques déjà bien entamée depuis le Grand bond en avant et son échec.

Quelles leçons tirer de la crise des missiles de Cuba ? la détente.

Pourtant les Soviétiques tirent des leçons de cette crise. Ils doivent rattraper le retard dans le déploiement des missiles nucléaires intercontinentaux :en 1962, ils n’en possèdent que 75 alors que les Américains en ont 294, il y a là un déséquilibre flagrant de l’ « équilibre de la terreur » entre les 2 superpuissances.  D’autre part, et cela afin de rassure le monde, les Russes veulent défendre une véritable détente  afin d’éviter une conflagration nucléaire à l’échelle de la planète. En 1963, le Kremlin et la Maison blanche sont reliés par le fameux téléphone rouge dont le but est de prévenir les crises entre les 2 Grands, c’est le principal instrument « anti-escalade » entre les 2 pays. En août 1963, le traité de Moscou interdit les essais nucléaires atmosphériques ainsi que dans l’espace. La volonté de « contrôler » les arsenaux nucléaires a pour but de rassurer les opinions publiques mondiales. Cet accord s’inscrit dans un ensemble de traités dont celui de 1968, le TNP, le Traité de non-prolifération nucléaire qui doit engager les puissances nucléaires à ne pas transmettre à des pays tiers les secrets de la fabrication des armes atomiques. Rappelons cependant  que des pays du « club »  restreint  des puissances atomiques refusent de signer l’accord de Moscou,  symbole de l’effritement des blocs Est et Ouest : de Gaulle et Mao Zedong entendent à cette époque développer leur propre force de « frappe » (pour reprendre l’expression française). Dans le même temps, les Américains continuent de mettre au point des armements nucléaires plus précis dite armes tactiques et ce grâce au progrès de la course à l’espace défendu par Kennedy qui lance le programme Apollo dans son discours sur la « Nouvelle Frontière ».

La Détente qui commence après la crise de Cuba n’est  donc pas une répétition de la coexistence pacifique. Il existe une volonté sincère des 2 Grands  de connaître et de partager leurs intentions respectives afin d’éviter que le moindre incident militaire ou politique ne soit mal interprété et n’enclenche un scénario de « fin du monde » tel que le raconte le film de Stanley Kubrick dans le Docteur Folamour. 1962 c’est également pour les Etats-Unis la fin de la « stratégie des représailles massives » portée par JF Dulles depuis 1954. Dès lors que les Russes possèdent des missiles intercontinentaux, les Etats-Unis peuvent être désormais frappés. C’est pourquoi le Secrétaire d’Etat américain Mac Namara propose une nouvelle stratégie face aux Russes , la « riposte graduée », la destruction des villes russes n’étant que l’étape finale d’une escalade (échelon de la « guerre insensée ») qui en comptait 44 selon les experts de la Maison Blanche !

La détente et la multiplication des conflits périphériques dans un contexte d’effritement des blocs Est et Ouest

La Détente qui s’ouvre en 1962 semble être aussi  une période quelque peu paradoxale : des tensions croissantes s’observent dans un contexte de relâchement de la discipline des blocs et alors que le Tiers monde devient un espace d’’influence majeure entre les 2 Grands. L’avantage américain n’est de toute façon que de courte durée même si -comme nous l’avons vu plus haut- Kennedy se rend au pied du Mur de Berlin en 1963 rappelant aux Soviétiques que la moindre offensive  à Berlin serait désormais une cause de riposte américaine. Kennedy meurt la même année lors de l’attentat de Dallas (novembre 1963) alors que la situation dans l’ex-Indochine française se dégrade avec la volonté d’Ho Chi Minh de regrouper tout le Vietnam.  A partir de 1964, les Etats-Unis s’engage dans le « bourbier » vietnamien  dont les bavures et l’impuissance vont affaiblir durablement l’image de ce pays dans le monde. Les Soviétiques finissent par profiter du repli américain  à partir de 1975 gagnant une influence croissante en Asie du Sud-Est, a Moyen-Orient et en Afrique, mais ils connaissent également leur « Vietnam » en commençant l’invasion de l’Afghanistan en 1979.

le Congrès de Vienne 1815 et ses conséquences en Europe

13 février, 2023

C’est l’une des plus importantes conférences internationales européennes qui doit régler le sort du continent après la période mouvementée de la Révolution et de l’Empire napoléonien.  Entre 1789 et 1815, de nombreux pays ont été ébranlés par les idées révolutionnaires en particulier le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. La souveraineté nationale a ainsi éveillé ou réveillé le sentiment d’appartenir à une nation. D’autres Européens ont plutôt puisé dans la Révolution française les idées de liberté qui avaient fini par abattre la monarchie absolue. Enfin , la fin de l’Europe napoléonienne oblige les vainqueurs à repenser les frontières des Etats.

La fin de l’Europe napoléonienne.

1812 sonne le glas de la domination française en Europe. La Grande Armée se retire de Russie après sa désastreuse campagne. Désormais les Français sont sur la défensive. L’Empereur est à nouveau vaincu lors de la bataille de Leipzig en 1813. Une nouvelle coalition envahit la France en 1814: Napoléon est contraint d’abdiquer, les puissances étrangères imposent Louis XVIII, le frère de Louis XVI guillotiné, comme le nouveau souverain.

Un Congrès pour rebâtir une Europe des rois et des princes.

Le Congrès s’ouvre dans la capitale de l’Empire autrichien le 18 septembre 1814. Parmi les 200 délégations présentes à Vienne, 4 Etats pèsent lourdement dans les négociations: la Russie, la Prusse, l’Autriche et le Royaume-Uni. Le grand ordonnateur du Congrès est le chancelier Metternich représentant de l’Empereur François 1er, un diplomate autrichien très hostile à la Révolution française, c’est un réactionnaire opposé aux mouvements libéraux en Europe : pour lui , la stabilité et la paix sur le continent passe par le retour des royautés et des principautés. Le Royaume-Uni est représenté par Lord Castlereagh et par le futur vainqueur de Waterloo en 1815, Wellington. Les Anglais défendent l’idée d’équilibre entre les puissances européennes et la liberté de commerce qui avait été entravé lors du blocus continental napoléonien. Les Anglais se méfient par ailleurs des demandes territoriales russes. C’est le chancelier Hardenberg qui représente la Prusse et son roi Frédéric-Guillaume III. Les Prussiens se méfient des Autrichiens et ont tendance à se rapprocher de la Russie. Le Tsar de Russie Alexandre 1er tire un grand prestige de la défaite de Napoléon, c’est le chancelier Nesselrode qui est chargé de défendre les intérêts de l’Empire à Vienne. Même si la France est mise au ban des nations, Louis XVIII envoie le ministre  Talleyrand afin de réduire le poids de la défaite du pays en jouant  habilement sur les rivalités entre les vainqueurs de la Coalition. Mais le retour de l’Aigle lors de l’épisode des Cent-Jours (mars-juin 1815) va finalement accroître les sanctions contre la France, berceau de la Révolution et responsable des désordres politiques depuis 1789.

Une nouvelle carte pour l’Europe.

Le nouvel « équilibre européen » proposé par les vainqueurs reposent sur les principes suivants: l’affirmation et extension des puissances dominantes, la négation des petites nations à se doter de leur propre Etat (c’est le cas de la Pologne et de la Belgique) et plus largement la non reconnaissance du principe de nationalité. Le Royaume-Uni gagne de nombreux relais maritimes en Europe et dans le monde: l’îlot d’Heligoland pris au Danemark, Malte, les îles Ioniennes près de la Grèce, le Guyana en Amérique latine, le Cap en Afrique du Sud, l’île de Ceylan ainsi que l’île de France dans l’océan indien. L’Empire maritime britannique se fortifie relais de la première puissance industrielle au monde. Pour la Russie, les gains territoriaux sont conséquents: la Finlande est soustraite à la Suède, la Bessarabie est enlevée à l’Empire ottoman. La Pologne qui fit l’objet de nombreuses tractations secrètes revient finalement aux Russes qui en font un royaume soumis au Tsar. La Prusse voit son centre de gravité basculé vers l’Ouest de l’Europe. Si elle occupe désormais la Poméranie suédoise, elle doit renoncer à la Pologne tout en étendant sa domination sur les territoires allemandes: le Nord de la Saxe, la la Westphalie, le duché de Berg et une grande partie de la vallée du Rhin. L’Autriche devient la principale puissance en Europe centrale. Elle doit renoncer aux Pays-Bas qui devient un royaume indépendant regroupant la Belgique et la Hollande mais elle récupère le Tyrol, la région de Salzbourg, la Galicie, la Croatie et la côte dalmate. Surtout son influence est très forte dans la péninsule italienne : elle contrôle le royaume lombardo-vénitien et place ses souverains sur les royaumes et principautés de Modène, Parme et de Toscane. De fait l’Italie est,  selon l’expression du chancelier Metternich qu’une « expression géographique ». La péninsule n’a en effet aucune unité politique : elle est divisée en 8 Etats avec en dehors des Etats satellites de l’Autriche, le royaume de Piémont-Sardaigne (avec le port de Gênes, la Savoie, le comté de Nice et la Sardaigne) au Nord et au Sud le Royaume des Deux-Siciles avec pour capitale Naples occupée par un membre de la famille des Bourbons. Au centre les Etats pontificaux sont restaurés dirigés par le Pape depuis le Vatican. L’Allemagne comme l’Italie n’a aucune unité politique même si elle forme désormais une Confédération germanique. La création de la Confédération du Rhin ne survit pas à l’Empereur, lui qui avait mis fin au Saint-Empire romain germanique dirigé par les Habsbourg depuis le XVème siècle. L’Allemagne est une véritable mosaïque de 38 Etats, une association politique très lâche tiraillée entre l’influence prussienne et autrichienne.  Officiellement, c’est l’Empereur d’Autriche qui supervise cet ensemble: les jeunes patriotes allemands n’ont pas obtenu un Etat fédéral fort. L’Autriche en fait partie en raison de ses territoires de langue allemande et pour la Bohême tout comme la Prusse qui ,on l’a vu, étend son influence dans la partie occidentale de cette confédération. A côté de l’Autriche et de la Prusse, les royaumes « allemands » les plus importants de cette confédération sont ceux de Bavière, de Wurtemberg, de Hanovre. 4 villes libres complètent cet ensemble: Brême, Hambourg, Lübeck  et Francfort-sur-le-Main. On remarque que le traité de Vienne a créé sur la frontière orientale de la France des Etats tampons afin de prévenir tout désir de conquête : le royaume des Pays Bas qui regroupe la Belgique et la Hollande doit être assez puissant pour prévenir une invasion par le Nord-Est. La Suisse devient par ailleurs une confédération neutre de 22 cantons. Le Royaume de Piémont-Sardaigne doit enfin protéger les flancs Sud-Est.

La portée de la conférence de Vienne. Vienne n’a pas simplement restauré un ordre ancien puisqu’il a veillé à un certain équilibre. La paix va être quasiment assurée pour un demi-siècle! L’oeuvre de Vienne ne fut finalement renversée que lors des guerres nationales qui allaient aboutir à l ‘unité italienne et allemande dans les années 1859 à 1871. Mais cette conférence signale dans toute l’Europe une réaction violente contre tout ce qui rappelait la conquête française, les idées (la DDHC, l’abolition des privilèges et du servage) et les institutions (diffusion du Code civil) issues de la Révolution. Lorsque le pape Pie VII, humilié par Napoléon,  revient à Rome, on interdit a vaccine et on détruisit les réverbères qui dataient de l’occupation française. Pour les Vainqueurs il fallait combattre  et détruire les « principes de 1789″.

Combattre les mouvements libéraux et nationaux. Les Libéraux en Europe voulaient appliquer dans leur pays respectif les grands principes de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen du 26 août 1789: égalité devant la loi (fin de la société d’ancien régime), liberté individuelle, liberté de la presse, un régime constitutionnel avec des parlementaires élus à l’image de l’expérience française des années 1789 à 1791. De nombreux libéraux n’étaient pas hostiles à la royauté mais ils voulaient en extirper tout signe d’absolutisme et d’arbitraire. En terme de représentation politique, selon l’idée que seuls les citoyens ayant les « capacités »  pouvaient exercer le pouvoir, ils étaient favorable au suffrage censitaire et largement opposés au suffrage universel rendu responsable des dérives révolutionnaires (Iere République et sa dictature montagnarde, le Consulat et son régime plébiscitaire). Mais les souverains européens redoutaient encore plus le principe de nationalité: il s’agissait selon ce principe de réunir un peuple cimenté par une langue, une culture, une religion, une histoire communes dans une même construction politique. En 1815, toute une série de peuples demandaient à former des Etats indépendants ou au moins de jouir d’une large autonomie à l’intérieur d’un Etat plus vaste. les Tchèques, les Lombards et les Vénitiens revendiquaient ce principe envers l’Empire autrichien. Au Sud de l’Europe, les Grecs, les Roumains et les Serbes défendaient leur nation face à l’autoritarisme du sultan ottoman, les Polonais rêvaient d’un royaume uni alors qu’ils étaient partagés entre la Russie, la Prusse et l’Autriche, les Belges et les Irlandais étaient rattachés contre leur gré au Royaume des Pays-Bas et du Royaume-Uni. Pour les grands vainqueurs de Vienne, ce principe de nationalité était un principe de destruction. Dans d’autres cas, ce principe était au contraire un principe d’unité comme en Allemagne et en Italie : dans ces territoires morcelés, le réveil des nationalités tendait à unifier ces Etats dans une entité unique voire à partir vers des conquêtes extérieures afin de regrouper toutes les minorités opprimées dans les pays voisins. Ces principes portent les révolutions  et les guerres du XIXème siècle.

Se protéger de la Révolution: la Sainte-Alliance et la logique des Traités

Après la tentative de retour au pouvoir de Napoléon, le tsar de Russie Alexandre 1er prit l’initiative de créer une Sainte-Alliance qui fut signée le 26 septembre 1815. En pleine crise de mysticisme, le tsar voulait créer en Europe une ère de fraternité chrétienne entre les peuples comme entre les souverains. Cette alliance fut scellée entre le  Tsar, chrétien orthodoxe, l’Empereur d’Autriche, catholique et le roi de Prusse, protestant. Les souverains au nom du christianisme se prêteront assistance, aide et secours face aux mouvements révolutionnaires. Le Traité de Paris signé le 20 novembre renouvelle la Quadruple-Alliance (Russie, Autriche, Prusse et Royaume-Uni). Le Tsar insista sur la périodicité des traités dans le cas où un pays européen était menacé par des poussées révolutionnaires. Le congrès d’Aix-la Chapelle e 1818 permit à la France , qui avait liquidé les dettes de guerre,  d’obtenir la fin de l’occupation militaire étrangère. La France de Louis XVIII fut ensuite invitée à rejoindre la Sainte-Alliance pour monter son attachement à la restauration monarchique en Europe.

Une Confédération germanique ébranlée par les patriotes libéraux.

Les patriotes allemands ne pouvaient se satisfaire de cette confédération de 1815. La Diète de Francfort ne réunissait que des diplomates des 40 territoires, ce n’était pas une chambre élue, il n’y avait donc pas de gouvernement fédéral, pas de finances communes, pas d’armée commune. De plus certains Etats allemands progressistes s’étaient dotés de régime constitutionnel comme celui accordé par le Grand-Duc de Saxe-Weimar! Cependant les patriotes allemands n’étaient qu’une minorité, essentiellement des professeurs et des étudiants. Ces derniers constituèrent une association, la Burschenschaft, vaste réseau libéral. Leur devise était « Liberté, Honneur, patrie ». En 1817 ils organisèrent la fête patriotique de la Wartburg dont le château avait abrité Luther,  le père de la Réforme protestante et également « père » de la langue allemande (il était le premier à avoir traduit la Bible en langue allemande) au XVIème siècle. Si cette fête commémorait les 300 ans de la Réforme luthérienne et protestante, elle résonnait également avec le 4ème anniversaire de la bataille de Leipzig où en 1813, Napoléon avait été vaincu par les nations européennes. Dans la foulée, les souverains de Bavière, de Bade, de Wurtemberg accordèrent des constitutions à leurs peuples. La situation allemande affola Metternich. En 1819 lorsque l’étudiant Sand poignarda l’écrivain antilibéral et pro-russe Kotzebue! L’Autriche convoqua les princes allemands à Vienne en 1820  : la Burschenschaft fut interdite, la presse et les professeurs d’université furent censurés.

Les révolutions des années 1820 dans le Sud de l’Europe.

En Espagne et en Italie, les révolutions libérales ne furent pas portées par des étudiants mais par des membres de l’armée. En 1815, Ferdinand VII avait repris le pouvoir en Espagne supprimant la constitution libérale de 1812. La révolte dans les colonies d’Amérique , les problèmes financiers provoquèrent un soulèvement d’une partie de l’armée. Ferdinand fit appel au tsar selon le principe de la Sainte-Alliance en 1820. Le royaume des Deux-Siciles était également en proie à un soulèvement militaire structuré par une organisation secrète: la « charbonnerie ».  les Carbonari (les « charbonniers ») s’insurgèrent en juillet 1820 à Naples. Ferdinand 1er ,comme Ferdinand VII en Espagne,  fit appel à Metternich. Celui-ci fit accepter aux souverains prusse et russe le principe d’intervention: les grandes puissances européennes avaient  le droit d’intervenir dans les affaires intérieures d’un Etat s’il était menacé par des révolutionnaires. En mars 1821, les Autrichiens chassaient les libéraux du royaume des Deux-Siciles ainsi que dans le Piémont. Dans toute l’Italie, la répression fut terrible pour les libéraux et patriotes italiens.  En 1821, le carbonaro Silvio Pellico fut arrêté pour complot par les Autrichiens et fut emprisonné pendant plus de 10 ans dans la forteresse du Spielberg. Ses mémoires furent traduits dans toute l’Europe et décrivent les conditions d’incarcération extrêmes des prisonniers politiques italiens. L’intervention en Espagne divisait plutôt les grandes puissances. le Tsar voulait rétablir la monarchie en Espagne mais également dans ses colonies d’Amérique. L’Angleterre, elle, était plus favorable aux colonies espagnoles et à leur émancipation qui formaient un immense marché pour les produits britanniques. Alexandre 1er ne put intervenir en Amérique mais accepta l’envoi d’une armée française en Espagne. Louis XVIII envoya une armée de 100 000 hommes commandés par son neveu le duc d’Angoulême. En avril 1823, les troupes françaises prennent le fort du Trocadéro à Cadix où se sont réfugiés les libéraux espagnols. Ferdinand VII ordonnent des représailles  qui vont durer pendant toute la décennie des années 1820.

L’indépendance de la Grèce et la question d’Orient.

Au début du XIXème siècle, l’Empire ottoman composait un territoire immense. En Europe, La Sublime Porte occupait la partie des Balkans-rappelons qu’en 1453 les Turcs avaient mis fin à l’Empire byzantin en prenant la ville de Constantinople rebaptisée Istanbul au XVème siècle. En Asie, une grande partie du Moyen-Orient de l’Anatolie à la Perse était sous son contrôle. En Afrique, l’Egypte, la Tripolitaine , la Tunisie et l’Algérie étaient des territoires soumis aux Turcs. Sa situation entre la Méditerranée et l’océan Indien était stratégique pour les échanges mondiaux. Mais ce vaste empire accumulait les difficultés. Le pouvoir du Sultan s’affaiblissait face aux gouverneurs de Province qui étaient en train de créer de véritables Etats indépendants comme en Egypte qui avait à sa tête le pacha Méhémet-Ali ou encore Ali pacha de Janina en Epire. Les troupes d’élites, les janissaires participaient aux intrigues de cours qui pouvaient mener jusqu’à l’assassinat du sultan (Sélim III fut ainsi étranglé en 1808 en raison d’une réforme de l’armée que désapprouvait les corps d’élite). La faiblesse du pouvoir central excitèrent les convoitises des Russes et des Autrichiens. Les  Français et les Anglais n’étaient pas en reste se posant soit en défenseur de l’intégrité du pouvoir ottoman soit en tant que protecteur des routes maritimes du Levant et de la Méditerranée orientale. Dans ce contexte, la Russie qui avait recueilli l’héritage orthodoxe et byzantin, voulait contrôler les Détroits : ceux du Bosphore et des Dardanelles assurant le line entre la Mer Noire et la Méditerranée tout en poursuivant son expansion territoriale dans la région du Caucase et de l’Arménie. L’Autriche, elle s’intéressait à la Serbie et aux ports de la Macédoine. Comme les pays européens, la Sublime Porte redoutait également la renaissance des nationalités chrétiennes dans la région des Balkans en particulier celle des patriotes grecs.

La question grecque.

Les Grecs en 1815 avaient constitué une société secrète l’Hétairie avec à sa tête Ypsilanti qui prépara une insurrection généralisée. Les Grecs soutinrent Ali de Janina qui s’était rebellé contre le Sultan Mahmoud. En  janvier 1822 les insurgés grecs proclamèrent l’indépendance de la Grèce lors du Congrès national d’Epidaure. La riposte turque transforma ce conflit en une véritable guerre d’extermination. Dans la presqu’île du Péloponnèse (Morée), les Grecs prirent la ville de Tripolitza où ils égorgèrent plus de 12000 Musulmans en 1821. Les Turcs ripostèrent en ravageant l’île de Chio. Sur ses 90 000 habitants, 23 000 furent massacrés et près de 50 000 furent vendus comme esclaves. L’incendie de la flotte turque sur l’île ne mit pas fin à ces exactions. En Europe, le choc est immense, écrivains et artistes « romantiques » soutiennent l’indépendance de la Grèce, nation millénaire berceau de la culture européenne. Le poète anglais Byron meurt lors du siège de Missolonghi. Victor Hugo compose le poème « l’Enfant « publié dans les Orientales en 1829. En 1824, une toile d’Eugène Delacroix fait sensation au Salon de Paris  dans  » Ses Scènes de Massacres de Chios : familles grecs attendant la mort ou l’esclavage » qui montrent la brutalité  de la répression turque envers les civils. Un véritable courant philhéllène parcourt tout le continent européen. Les dirigeants européens sont contraints de réagir sous la pression de leur opinion publique. Mais la guerre fut longue,  le Sultan reçut l’aide de Méhèmet-Ali son puissant vassal d’Egypte. Celui-ci fit la reconquête du Péloponnèse. Après Missolonghi en 1826,  c’est Athènes qui retombent aux mains des Turcs. Tout semblait perdu pour les Grecs.

Selon les principes de Vienne, Metternich considérait les Grecs comme des insurgés mettant à mal la stabilité de l’Europe. Les Anglais, inquiets des pressions russes vers les Détroits voyait l’Empire ottoman comme un « mal nécessaire ». Le contexte géopolitique change avec l’arrivée sur le trône de Russie de Nicolas 1er en 1825 qui voulait tirer avantage de la révolte grecque. La Russie va finir par s’ associer avec l’Angleterre et la France. L’expédition de ces 3 puissances détruisit , dans la rade de Navarin en octobre 1827, la puissante flotte turco-égyptienne. Elle fut suivie sur terre par une véritable « guerre sainte » lancée par le Sultan aux forces russes entre 1828 et 1829. Les Russes prirent l’avantage et imposèrent aux Turcs le traité d’Andrinople en 1829. La Grèce devint indépendante en 1830, la France, le Royaume-Uni et la Russie imposèrent au pays un prince européen: c’est finalement le second fils du duc de Bavière qui fut choisi  et qui devint Othon 1er de la « maison » de Wittelsbach (1831-1862). Les Russes en ont profité pour avoir la libre circulation maritime dans les Détroits. Les Français voulurent également profiter de la faiblesse ottomane en lançant l’expédition d’Alger en 1830, acte de naissance de la colonisation de l’Algérie.

LA France et le monde de 1848 à 1914

1 février, 2023

la IIème République (1848-1851)

un résumé de cette période https://www.youtube.com/watch?v=NKJz4LEcB7c

un résumé façon professeur du Secondaire et c’est très bien https://www.youtube.com/watch?v=xTAcFkkZetY

la vidéo de l’excellente chaine Nota Bene https://www.youtube.com/watch?v=BoiewlSqbTA

ou la chaine antisèche https://www.youtube.com/watch?v=QTkzI7-HO3k&ab_channel=L%27Antiseche

 

le Second Empire -1852-1870

Qui est Napoléon III https://www.youtube.com/watch?v=Pi080DzYzH8&ab_channel=imineoDocumentaires

l’impératrice Eugénie https://www.youtube.com/watch?v=S1lcJfrRSuc&ab_channel=imineoDocumentaires

Napoléon et la France épanouie ? https://www.youtube.com/watch?v=ijPe2d7ipAU&ab_channel=AmiralH%C3%A4nt%C3%B8n

Napoléon III et son intérêt pour l’économie https://www.youtube.com/watch?v=AMWN0RJ470U&ab_channel=Napoleonica%C2%AElacha%C3%AEne%2CdelaFondationNapol%C3%A9on

Victor Hugo la face cachée https://www.youtube.com/watch?v=S_pnLV4EZdw&ab_channel=Secretsd%27HistoireOfficiel

le Paris d’Haussmann https://www.youtube.com/watch?v=nHfsnDlp13Y&ab_channel=DesRacinesetdesAiles

le Paris du Second Empire en plus court https://www.youtube.com/watch?v=ScFTKuyhy_I&ab_channel=R%C3%A9seauCanop%C3%A9

l’histoire du Bon Marché https://www.youtube.com/watch?v=rswoEUfqk5M&ab_channel=Karambolageenfran%C3%A7ais-ARTE

Comprendre les arrondissements de Paris https://www.youtube.com/watch?v=DZEv01cJuLI&ab_channel=Karambolageenfran%C3%A7ais-ARTE

La construction des nouveaux Etats européens -Italie ET Allemagne

résumé Nathan https://www.youtube.com/watch?v=-Y1uOJ-tX-c

le résumé de cours par un très bon collègue cela pose les bases https://www.youtube.com/watch?v=oS56fSI8giQ

idem par les cartes essentiellement https://www.youtube.com/watch?v=K2leYjcZB38

plus complet par l’Association des professeurs d’histoire-géographie https://www.youtube.com/watch?v=JyW5y087zjY

l’unification de l’Italie par les cartes (tout au long du XIXème siècle) https://www.youtube.com/watch?v=BUt7THYbYow

les ressorts de cette unité italienne https://www.youtube.com/watch?v=-pyuqnmrdQI&ab_channel=L%27InstantHistoire

l’unification allemande par les cartes https://www.youtube.com/watch?v=Km6NHq6K_ps ou https://www.youtube.com/watch?v=Km6NHq6K_ps&ab_channel=L%27Histoireparlescartes

les guerres qui ont permis l’unité allemande https://www.youtube.com/watch?v=sKk9Y1sFV9M

 

la guerre de 1870

 

la Commune de Paris

la IIIème République 

la chaîne antisèche les points clés https://www.youtube.com/watch?v=AHaMkHY7OTQ&ab_channel=L%27Antiseche

 

le Paris de la Belle-Epoque https://www.youtube.com/watch?v=jrYdxLajNS4&ab_channel=ARTE

l’affaire Dreyfus en résumé https://www.youtube.com/watch?v=OMvo2PX4_l0&ab_channel=Karambolageenfran%C3%A7ais-ARTE

l’Affaire en plus long https://www.youtube.com/watch?v=WdOV9xt6Ig0&ab_channel=Affairesjudiciaires

Zola https://www.youtube.com/watch?v=TUdnSX7DbnE&ab_channel=Secretsd%27HistoireOfficiel

l’affaire Dreyfu la fiction d’Yves Boisset https://www.youtube.com/watch?v=v2WlEgbKhqs&ab_channel=keytothegarage

la colonisation européenne au XIX

Pourquoi l’histoire de la colonisation française est-elle méconnue? https://www.youtube.com/watch?v=XXPrvSfRVOw

la colonisation de l’Afrique résumé par les cartes https://www.youtube.com/watch?v=kiBs4Tc-WyI&vl=fr

l’histoire de la France colonisatrice partie 1 (indispensable) https://www.youtube.com/watch?v=hl7n0ekoaGE

la partie 2 https://www.youtube.com/watch?v=qUSUQplH4uE

la partie 3 https://www.youtube.com/watch?v=HEVr7L0GzqI

le documentaire Sauvages, au coeur des zoos humains de Pascal Blanchard https://youtu.be/pysovxQbfW8

la conférence de présentation de ce documentaire : https://www.youtube.com/watch?v=l279CoNXKSE&ab_channel=Mucem

 

 

 

la France de 1789 à 1815

19 janvier, 2023

Approche globale de la période par des chaines youtube

La Révolution française de 1789 à 1795 (un grand bonjour au Québec): https://www.youtube.com/watch?v=l_NyCbdEZ2I&ab_channel=L%27Histoirenousledira

la Chaîne Bataille de France https://www.youtube.com/watch?v=5f59hTZo1gY&list=PL53xg5EE_lyrkk8LsCvJ7kD3ijYwvrTey&ab_channel=BataillesdeFrance

——————————————————————————————————————————————–

Avant la Révolution Louis XVI et la période prérévolutionnaire https://www.youtube.com/watch?v=uknL-hY3CkY&ab_channel=imineoDocumentaires

——————————————————————————————————————————————-

une synthèse sur la période 1789 à 1793 https://www.youtube.com/watch?v=nnMNL9_LVNc&ab_channel=PierrickDelaveau-Histoire%26G%C3%A9ographie

le film de 1989 les années Lumières

https://www.youtube.com/watch?v=FCYYi0kaYeA&ab_channel=Nutellana%2a

Bon complément pour comprendre ce film en regardant cette chaine https://www.youtube.com/watch?v=ncy3mWygWq0&ab_channel=YannickRub

Mirabeau et ses caricatures https://www.youtube.com/watch?v=zaiJbyl4-JU&ab_channel=SofiaVora

———————————————————————————————————————

la synthèse sur la période 1793-1799 https://www.youtube.com/watch?v=AzhVgJp28YU&ab_channel=PierrickDelaveau-Histoire%26G%C3%A9ographie

Robespierre par l’excellente chaine Nota Bene https://www.youtube.com/watch?v=A3HT4Ai8E7o&ab_channel=NotaBene

les années Lumières entre 1792 et 1794

https://www.youtube.com/watch?v=NTWZYS9n_-Q&ab_channel=Zde%C5%88kaHradilov%C3%A1

https://www.youtube.com/watch?v=Tl4vl-J9l_E&ab_channel=Zde%C5%88kaHradilov%C3%A1

——————————————————————————————————————————-

la synthèse sur la période 1799-1815 https://www.youtube.com/watch?v=I9BaVpL0b_k&ab_channel=PierrickDelaveau-Histoire%26G%C3%A9ographie

De Bonaparte à Napoléon https://www.youtube.com/watch?v=rdQOiUYdnMk&ab_channel=imineoDocumentaires

les conquêtes et la chute de Napoléon très bonne synthèse du Monde https://www.youtube.com/watch?v=TppkZGWZFHw&ab_channel=LeMonde

Napoléon 1er premier Empereur des Français https://www.youtube.com/watch?v=UZLksxIJHhw&ab_channel=imineoDocumentaires

Napoléon campagnes et exils : https://www.youtube.com/watch?v=nVHdXlWRtCQ&ab_channel=imineoDocumentaires

Touts les grandes batailles de Napoléon sur la chaîne Bataille de France https://www.youtube.com/watch?v=1GKzqxKwBK0&list=PL53xg5EE_lyrnbWrVqAee3fZ2h7nin20V&ab_channel=BataillesdeFrance

la bataille de Waterloo(chaine Hérodote) https://www.youtube.com/watch?v=6In60-BnVE4&ab_channel=HerodoteVideos

 

La France de 1815 à 1848

12 janvier, 2023

La fin de Napoléon, les Cent Jours et la bataille de Waterloo

gloire et perte de l’Empire https://www.youtube.com/watch?v=TppkZGWZFHw&ab_channel=LeMonde

idem en plus long https://www.youtube.com/watch?v=l2RPYgyhUkE&ab_channel=CultureTube

la bataille de Waterloo par la chaine Hérodote https://www.youtube.com/watch?v=6In60-BnVE4&ab_channel=HerodoteVideos

 

l‘Europe du Congrès de Vienne 1815 et 1848

 

partie 1 restaurations et mouvements libéraux et nationaux https://www.youtube.com/watch?v=NBFTuu879cA&ab_channel=Mathrix

les massacres de Scio (ou Chios) en 1822 peinture de la Delacroix analysée en anglais https://www.youtube.com/watch?v=usJWoXTg6c4&ab_channel=Smarthistory

partie 2 l’étude de la France https://www.youtube.com/watch?v=TO9ms_mt_nE&ab_channel=Mathrix

partie 3 l’année 1848 en Europe https://www.youtube.com/watch?v=lqaIcYSfTeM&ab_channel=Mathrix

 

la Restauration: de Louis XVIII à Charles X

Louis XVIII en 1 mn https://www.youtube.com/watch?v=EE3Jb3MUQGs&ab_channel=Gallia-notrehistoiredeFrance

la biographie de Louis XVIII en plus long  https://www.youtube.com/watch?v=sIPfjb9_FZg&ab_channel=imineoDocumentaires

l’assassinat du duc de Berry en 1820 https://www.youtube.com/watch?v=BCqVXqinni0&ab_channel=Secretsd%27HistoireOfficiel

Restauration et monarchie de Juillet dans un même reportage https://www.youtube.com/watch?v=HcWQ6vFZ2tM&ab_channel=Jer%C3%A9viseavectoi

Charles X en 1mn ! https://www.youtube.com/watch?v=0yPI0itMNfs&ab_channel=Gallia-notrehistoiredeFrance

la véritable histoire du radeau de la Méduse https://www.youtube.com/watch?v=7qQV7Il3ZHQ&ab_channel=UnehistoiresurTerre

le radeau de la Méduse analyse en français https://www.youtube.com/watch?v=PPootmDW4bg&ab_channel=Souslatoile

l’analyse du radeau de la Méduse en anglais https://www.youtube.com/watch?v=jlVBaqyGKMs&ab_channel=Smarthistory

Géricault de la collection palette un classique de l’histoire de l’art https://www.youtube.com/watch?v=Xyg1q3GAv2c&ab_channel=blablabla

 

 

La monarchie de Juillet et Louis-Philippe roi des Français

les rivalités entre les Bourbon et les Orléans https://www.youtube.com/watch?v=6Y7oPpllUEI&ab_channel=LePoint

les Trois Glorieuses en 1830 https://www.youtube.com/watch?v=L8AUlJUiPRU&ab_channel=Atelierhistoire

Un grand maître de la peinture; Eugène Delacroix une biographie https://www.youtube.com/watch?v=Jo3foX80Cjc&ab_channel=CultureTube

la peinture la liberté guidant le peuple analysée en Anglais https://www.youtube.com/watch?v=6skizQlC-uU&ab_channel=Smarthistory

la biographie en 1mn de Louis-Philippe https://www.youtube.com/watch?v=_KI8R-zZ7UE&ab_channel=Gallia-notrehistoiredeFrance

la biographie de Louis-Philippe https://www.youtube.com/watch?v=PCp6UK5JYzA&ab_channel=Ch%C3%A2teaudeVersailles

la vie de louis-Philippe 1er roi des Français https://www.youtube.com/watch?v=Sy-a3YRSiYI&ab_channel=imineoDocumentaires

comment la France s’est transformée sous la Monarchie de Juillet https://www.youtube.com/watch?v=KUsTLgih168&ab_channel=Questionsd%27Histoire

la révolte des canuts en 1831 et 1834 https://www.youtube.com/watch?v=DJ0Y85YXjYU&ab_channel=LO-Desid%C3%A9espourcomprendrelemonde

le romantisme en Europe https://www.youtube.com/watch?v=jTMscLupJeg&ab_channel=Mediaclasse.fr

 

Les bouleversements en Europe liée à l’industrialisation  (en chantier)

l’industrialisation

Qui est Karl Marx? https://www.youtube.com/watch?v=x5UH1kIu3r8&ab_channel=FranceCulture

A

Les questionnaires d’actualités de Sciences Po année 2023

5 janvier, 2023

Questionnaire du 25 janvier en préparation:

 

Tout connaître sur l’histoire de l’amitié franco-allemande voir la chaîne Lumni https://www.lumni.fr/recherche?query=franco-allemande&establishment=&schoolLevel=&schoolLevels=&format=grid

Et notre exposition en ligne réalisé par des prépas Sciences Po de 2013 à lire sur https://fr.slideshare.net/Cdi_LgtBaimbridge/lhistoire-des-relations-franco-allemandes?from_action=save

 

 

 Questionnaire réalisé le 17 janvier 2023:

<iframe src= »https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSck3F3UOvebUfRsgacIghbWwABq1j427n8GNdm2Gv6eqGPaWw/viewform?embedded=true » width= »640″ height= »5898″ frameborder= »0″ marginheight= »0″ marginwidth= »0″>Chargement…</iframe>

 

Mes chers élèves veuillez trouver ci-joint un questionnaire d’actualité de décembre 2022

<iframe src= »https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfPWzfr5wqlOnaXKAFnpRTXRjZJFj8ovWUCugx7CNK_fuqnag/viewform?embedded=true » width= »700″ height= »520″ frameborder= »0″ marginheight= »0″ marginwidth= »0″>Chargement…</iframe>

 

 

les compléments youtube indispensables pour ce début d’année:

les perspectives géopolitiques pour 2023 par Pascal Boniface: https://www.youtube.com/watch?v=PjTHMBzInKU&ab_channel=PascalBoniface

destitution de pedro Castillo  https://www.youtube.com/watch?v=TuNaSTfmpv0&ab_channel=FRANCE24

entrevue Biden Zelenski https://www.youtube.com/watch?v=w9sDTtoL-EQ&ab_channel=FRANCE24English

gaz et pétrole le grand bouleversement (le dessous des cartes): https://www.youtube.com/watch?v=bMuYdM_5crA&ab_channel=LeDessousdesCartes-ARTE

Ukraine le retour de la guerre (le dessous des cartes): https://www.youtube.com/watch?v=HpKxC3LpzNM&list=RDCMUCHGMBrXUzClgjEzBMei-Jdw&index=2&ab_channel=LeDessousdesCartes-ARTE

Pour le suivi des opérations militaires, je vous recommande chaudement cette chaine https://www.youtube.com/watch?v=cdHhh9xY6b0&ab_channel=XavierTytelman

les révélations glaçantes sur Boutcha par le New York Times https://www.youtube.com/watch?v=nR7Jl6-wfUE&ab_channel=TV5MONDEInfo

Iran une Révolution? le dessous des cartes: https://www.youtube.com/watch?v=MysTe7Eharw&list=RDCMUCHGMBrXUzClgjEzBMei-Jdw&index=3&ab_channel=LeDessousdesCartes-ARTE + le point sur la répression du régime: https://www.youtube.com/watch?v=y4QfamV4Ruk&ab_channel=FRANCE24

 le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan (Cartes sur table du Courrier international): https://www.youtube.com/watch?v=twgZ3m5Ay3A&ab_channel=Courrierinternational

le Qatargate selon arte.TV: https://www.youtube.com/watch?v=a-xzgyIC13E&ab_channel=ARTE

l’entrée de la Croatie dans l’UE: https://www.youtube.com/watch?v=dWQqwg__xPk&ab_channel=FRANCE24

Regain de tensions au Kosovo https://www.youtube.com/watch?v=yiqVWtrXT6s&ab_channel=FRANCE24

Visite de Biden à la frontière américano-mexicaine (Euronews):https://www.youtube.com/watch?v=C6fG0dPtOTM&ab_channel=euronews%28enfran%C3%A7ais%29

Qui sont les Kurdes? https://www.youtube.com/watch?v=FfQhXhSB-mQ&ab_channel=LeMonde

Pourquoi les Turc s’en prennent aux Kurdes? https://www.youtube.com/watch?v=HroNwVrH-3E&ab_channel=LeMonde

Une crise sociale historique au Royaume-Uni: https://www.youtube.com/watch?v=PtCHwZ8JbP0&ab_channel=TV5MONDEInfo

 

Comprendre notre système de retraite et les enjeux de la réforme https://www.youtube.com/watch?v=mUvdyegJyK4&ab_channel=Dessine-moil%27%C3%A9co

Comprendre nos fiches de paye en France (pour comprendre notre système par répartition https://www.youtube.com/watch?v=oNqL3gtn3mY&ab_channel=Dessine-moil%27%C3%A9co

 

Commémoration de l’abolition de l’esclavage du 10 mai 2022, la participation du LGT VALIN

22 décembre, 2022
Commémoration de labolition de lesclavage
Album : Commémoration de l'abolition de l'esclavage
participation du LGT Valin avec le Club pour l'Unesco de la Rochelle aux cérémonies du 10 mai 2022. Un grand merci à Alfred et à toute son équipe! Bravo les enfants! On est fier de vous!
18 images
Voir l'album
12345...66